Dans notre monde il existe deux types de personnes, ceux qui aiment la réalité et ceux qui aimeraient la fuir...
 

Partagez|

Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Mar 29 Jan - 20:25






[Ia] feat [Vocaloid]
Identité

Nom & Prénom : Leroy Maureen
Surnom : Dreams m'appelait son petit ange. Je n'ai jamais eu personne qui m'en ait donné d'autre.
Âge: 17 ans
Orientation sexuelle : Bisexuelle. Après, je n'ai jamais essayé.
Origines : Aucune idée de son origine, mais je vivais en France, alors...
Race : Lumière
Groupe : Yang
Statut civil : Célibataire
Emploi : Mendier n'est pas un métier je crois...
Rang (niveau attribué par le Staff) : Niveau 15 - Rang D
Rang souhaité(Profil) : La jeune fille au sablier

Il était une fois...

Certitude et incertitude.
Deux mots proches, pourtant diamétralement opposés.
Deux mots qui se mélangent dans ma tête.
Je m'appelle Maureen, j'ai dix-sept sans, je suis une fille.
Ma vie ne se résume donc qu'à ces trois caractéristiques ? Ne suis-je donc rien aux yeux des autres qui me méprisent ?
Souvent, on dit que l'amitié peut sauver des gens seuls, des gens délaissés, qui ne pensent plus qu'à mourir. C'est vrai.
Un jour, j'ai rencontré cet ange. Métaphoriquement je parle. Dreams n'est pas un ange, elle est bien plus pour moi. C'est fou comme on s'attache rapidement aux gens que vous rencontrez sur des forums...
Bref, ma vie n'a jamais été rose. Elle a été noire, grise, prune, de toutes les couleurs possibles.
Je me rappelle encore de ce matin, si lointain pourtant. Les choses auraient-elles pu être différentes ? Peut-être...

J'entrouvris un oeil hésitant pour le poser sur une chambre à la crasse omniprésente et aux murs noircis par la moisissure. J'étais dans un lit qui reflétait cette même impression de saleté, d'impureté, un homme à la barbe de trois jours à mes côtés.
"-Tu as eu de la chance petite. L'explosion a tout détruit sur son passage et il ne restait plus que de la cendre.""
Je ne comprenais rien. Qui était-il ? Où étais-je ? Et plus important, qui étais-je ? Je ne savais rien, me rappelais de rien, me souvenais de rien. Ma tête était pleine d'incertitudes, trop dures à supporter pour ma seule âme. J'avais envie de pleurer, mais savais-je vraiment ce que "pleurer" signifiait ?
Après plusieurs minutes de paroles avec cet homme, je compris enfin l'essentiel.
Il ne me connaissait pas, m'avait trouvé parmi les décombres de l'explosion qui s'était déroulée il y avait maintenant trois jours. Il n'y avait pas d'autres survivants à part moi. Et je n'aurais plus jamais de foyer à moi...


C'est dur la vie. C'est dur de se sentir, dès ses premiers jours, mise à l'écart par la plus horrible des façons. J'avais perdue la mémoire et je n'avais plus personne. Je crois que c'est à ce moment là que je m'étais mise à pleurer et que je m'étais précipitée au dehors. Il avait raison, ce pauvre homme, il ne restait plus rien à part des morts. Qu'est-ce qu'il m'empêchait, à ce moment, de les rejoindre, là-bas ? Rien, et pourtant, je ne l'ai pas fait. Pourquoi ? Je l'ignore...

Bref, je n'avais pas de foyer, pas de famille, pas d'amis. J'étais destinée à vivre dans un orphelinat, dont le nom s'appelait "L'hospice des pauvres anges". Pourquoi "pauvres anges" ? Parce que ils avaient tous eux aussi perdu leur famille dans des guerres, des meurtres ou autres. On était semblable sur une chose, il n'avait personne pour nous et personne ne voulait de nous. C'est triste hein. Je sais, mais c'est la vie.

Le jour de mes quinze ans, je m'étais dirigée à travers la ville voisine à notre orphelinat, portant sur moi tout l'argent que j'avais réussi à amasser lors des anniversaires, des petits boulots et autre. Peu me diriez-vous, mais je n'avais rien d'autre. Je m'étais résolue à acheter cette machine magique qu'avaient tous les enfants normaux avec des parents à eux. Peut-être que moi aussi je voulais essayer d'être normale... J'étais entrée dans ce grand magasin rutilant où une foule de gamins hystériques couraient partout dans l'espoir de dénicher la "bonne affaire" du moment. Je m'en fichais éperdument, je savais parfaitement où se trouvait ce que je voulais. J'étais montée au deuxième étage, troisième palier en partant de la gauche, celui qui contenait tous les ordinateurs. Des plus vieux aux plus récents, des plus basiques aux plus sophistiqués, des plus moches aux plus beaux. Je m'étais arrêtée devant l'un d'eux et l'avait pointé de mon doigt frêle au vendeur vêtu d'un ridicule costume bleu et doré. puis je lui avais donné l'argent et j'étais repartie, avec mon trésor sous le bras, vers l'orphelinat. Pas dedans directement, car bien que mon ordinateur était le plus basique du monde, il valait trop cher à mes yeux pour leur laisser l'essayer. J'avais remarqué plusieurs jours avant une petite cave, reliée au dehors par un vieux conduit d'aération. Mon chez-moi, mon vrai. J'y installai délicatement mon trésor puis le branchais, tel le lien vers le monde qu'il était pour moi.

Je ne peux plus vous dire qu'une chose: vous n'auriez pas survécu à ma place. Croyez-vous vraiment que je suis entrée à l'orphelinat aussi facilement, que j'avais de l'argent avec moi, assez pour acheter un ordinateur, même basique ? Vous êtes pitoyables, vous croyez vraiment tout ce que je dis...

Si ma vie aurait été comme ça, au moins j'en aurais eu une, j'aurais eu une vraie existence. Mais en réalité, j'ai passé toute mon enfance des les ruelles sombres des villes, à mendier ou voler quand c'était nécessaire. Personne ne me connaissait, tous ceux qui passaient avaient pitié de cette "pauvre fille appuyée contre le trottoir, attendant silencieusement la mort". J'avais ce qu'on pouvais appeler un "chez-moi", une cabane faite de matériaux récupérés en dehors de la ville, comme les dizaines d'autres qui étaient dans ce champ, de l'autre côté. Des bidonvilles. Je n'avais pas envie de me mêler à eux, c'est pourquoi j'avais construit le mien à l'écart. Une caisse en bois pour dormir, un paquet d'allumettes détrempées dans un coin, le toit recouvert de mousse et de lichens. Plusieurs fois, j'avais volé pour y apporter d'autres objets, l'argent que me donnait les gens sur le passage était à peine suffisant pour me nourrir. Au fil du temps, j'y ajoutai des lampes LED volées sur un sapin lors de la période des fêtes, des vieux draps pris sur des étendards entre les immeubles, des couverts et de la vaisselle récupérés lors de marchés aux puces, appelés vulgairement ici "les puces". Et puis un jour, pendant ma quinzième année je crois, j'étais allée au parc, un dimanche main de bonne heure pour me ressourcer. Celui-ci était vide de monde, hormis un homme d'âge mur assit sur l’extrême bord d'un banc. Un patron d'entreprise, sans aucun doute, à la vue de son costume ciré et de l'ordinateur portable qu'il tenait sur ses genoux. Un ordinateur portable ! Il était beaucoup plus évolué que ces vieux modèles préhistoriques, mais c'était le seul nom que j'arrivais à lui donner. Je crois que ça s'appelait un cybernetropique 3.0 X-22, comme je l'avais vu après affiché sur une affiche publicitaire. Une centrale informatique puissante capable de faire mille choses à la fois, d'après le slogan. Mais après, je doutais de la véracité de ce fait, car commander mille choses à la fois à un ordinateur n'était pas physiquement possible. Bref, l'homme discutait au téléphone avec une autre personne. Il semblait énervé, comme si quelque chose était en train de lui échapper et soudain, il s'était levé et avant fait quelques pas, toujours dos au banc, pour regarder le paysage. Fatale erreur. Il était là, devant mes yeux, ce bijou de technologie que même dans mes rêves les plus fous, je n'aurai pu approcher. Je sentis une impression nouvelle monter en moi. J'avais envie de cette chose. Les autres en avait une, pourquoi pas moi ? Je m'approchai silencieusement de l'endroit où elle était posée, puis je m'en étais saisie et je m'étais mis à courir le plus vite possible, l'ordinateur entre mes bras. Je sentais son contact brûlant contre ma poitrine, pas réellement puisqu'il n'était pas chaud, mais j'avais peur. Peur que quelqu'un ne m'arrête avant que je ne sois hors de vue. Finalement, j'arrivai dans ma cabane perdue en dehors de la ville sans encombre et posai mon trésor sur la caisse en bois qui me servait de lit. Je l'ouvrit fébrile et l'allumai.

Voilà comment j'avais enfin réussi à faire un lien avec le monde, avec les autres dont je voulais éperdument être la semblable. Sitôt la machine allumée, je m'étais empressée de cliquer sur tous les sites que je voyais. Mes yeux parcouraient infatigablement les centaines de pages que j’eus ouvert, avant qu'ils ne tombent sur ce site. Un forum de jeu. Les images qui le composaient avaient retenues mon attention, parce qu'elles reflétaient ce que je désirais. La joie, l'amitié, le rire. J'hésitai d'abord à m'inscrire. Qu'aurais-je pu dire aux autres sur moi ? Puis me vint une idée. Mentir.

Bonjour moi c'est Maureen !
J'ai quinze ans, j'aime chanter, rire, mes amis et j'adore les animaux. Ma couleur préférée est le turquoise et j'aime beaucoup les couchers de soleil.


C'était tout ce qui me venait à l'esprit pour le moment, ça allait suffire. Après m'être inscrite, je créai une discussion ou je marquai le peu de mots qui me venaient, puis j'appuyais sur "Enter". A peine quelques minutes après, j'avais déjà plusieurs messages de personnes. Elles voulaient en savoir plus sur moi, me dire la bienvenue et comparaient ce que j'aimais à leurs choses à elles. Dans toute cette foule de gens m'accueillant les bras ouverts, un personne se distinguait du lot, pour moi en tout cas. Son pseudo était Mirage.

Mirage, Dreams. Dreams, Mirage.C'est ainsi que je fis sa connaissance, que j'appris à me rapprocher d'elle et elle de moi. Elle me racontait qu'elle était orpheline, que sa mère était morte, qu'elle se sentait parfois seule. Je la comprenais, mais je ne pouvais me résoudre à lui dire la vérité. Pourtant un jour, ce fut ce que je fis. Ça devait faire au moins un an et demi qu'on se connaissait, je ne pouvais lui mentir plus longtemps. Le plus étrange fut qu'elle ne recula pas. Non, au contraire, elle s'avança pour m'aider. Elle me fit découvrir à travers la magie du net ce que les autres appelaient l'Amitié.

Puis un jour, tout cessa. C'était comme si elle avait disparu, purement et simplement. Plus aucun contact avec elle, plus aucune preuve de son existence. Je commençais à croire qu'elle m'avait abandonnée. Et ce fut à ce moment là que j’entendis parler de ce jeu. Des personnes avaient disparues. Mystérieusement. Un jeu avait été sortit du marché, et avait sûrement un lien avec tout ça. ce que je savais de lui, c'était rien. Hormis que sa boite bleue contenait un message au dos difficile à déchiffrer. Difficile parce que ça ne pouvait pas être vrai.

Dreams avait disparu de ma vie, je commençais à désespérer. A croire que la fin était vraiment arrivée pour moi. Je l'avais toujours repoussée, cette mort sombre et obscure, sans en comprendre une fois la raison. Pourquoi avais-je décidé de continuer à vivre, alors que cette dernière m'avait quitté il y avait bien longtemps ?

Puis un jour sur le net, alors que je cherchais désespérément le moyen de ne pas pleurer, je tombais sur ce site. Il me marqua par son apparence, simple mais pourtant frappante. Puis soudain je me souvins. C'était celui qu'on avait retiré du marché, sûrement en lien avec les étranges disparitions. Puis je repensai à Dreams. Avait-elle allumé ce jeu, avait-elle appuyé sur la touche "Start" de la page du jeu ? Je ne savais quoi dire, mais une chose était sûre, soit elle avait vraisemblablement cliqué dessus, soit elle était morte. Dans les deux cas, plus rien ne me retenait ici alors. Ce fut à ce moment que je pris mon inspiration et que je cliquai à mon tour...

Welcome in the game Maureen Leroy.

Un éclair aveuglant m'avait enveloppé pendant que je tentais désespérément de crier. Sauf que rien ne sortait de ma bouche. Puis se fut le noir. J'avais beau bouger dans tous les sens, essayer d'attraper des choses utopiques, le noir restait noir. Puis je m'arrêtai et fixai mon incohérence. Pourquoi je n'ouvrirais pas les yeux ? Ce que je fis.

Ailleurs. C'est le seul mot qui existe pour décrire l'endroit où je me trouvais. Mais où me trouvais-je, mystère. C'était sûrement cela. Le jeu. La boite. Mais comment cela s'appelait ? Synchronicity. Le jeu de Shadow.

Je suis toujours dans le jeu, j'y ai survécu, du moins jusqu'à présent. Ce que vous vous demandez sûrement, c’est comment. Le hasard fait bien les choses...

Je marchai depuis longtemps, trop longtemps à mon goût. Et la nuit tombait trop vite à ce même goût. S'il y a bien une chose qui me caractérise, c'est ma patience. Je peux attendre indéfiniment un évènement. Ce qui montre bien depuis combien de temps je marchais... Et puis, surgit de nulle part devant mes yeux un lac. Je n'y avais pas fait attention durant ma réflexion. Je n'en pris vraiment conscience que quand je sentis la morsure glacée de l'eau sur ma peau et l'air venir à me manquer. J'avais beau ouvrir la bouche, je ne respirais plus que de l'eau. J'avais beau me débattre autant que possible, je n'ai jamais su nager.Je ne sais toujours pas d'ailleurs. Des points noirs commençaient à danser devant mon regard tandis que je faisais comme tous ceux qui étaient sur le point de mourir. Je revoyais ma vie. La mienne ne durait même pas de quoi remplir six secondes. Logique aussi. Ce n'était pas en me noyant que j'avais retrouvé la mémoire...

Bref, j'étais en train de mourir comme la pauvre malheureuse qui ne sait pas nager que je suis quand je sentis une pression sur mon avant-bras. Quelqu'un était en train de me tirer. Cette pensée s'engouffra dans mes poumons telle une fontaine d'espoir et je repris mes battements pour remonter à la surface. Je ne fus jamais aussi contente de revoir la lune. Je m'allongeai sur la surface plane qui descendait dans l'eau et essayai de retrouver mon souffle. Et de ralentir les battements effrénés de mon coeur. Et de reconnaitre l'inconnu. ... un inconnu ?!

Je retrouvai toute ma force en l'était de quelques micros secondes et me précipitai en arrière. Ou plutôt j'essayai d'y aller mais mes jambes ne répondaient plus très bien étrangement. Et je failli retomber dans le lac. L'inconnu en question m'attrapa le poignet avant que je ne retournasse d'où je venais et me tirai en avant. Sur lui. Quelle bonne idée il avait eu à ce moment là... Vous pouvez facilement deviner que je suis tombée sur lui, que nous sommes tous les deux tombés en arrière, par ma faute c'est certain, et que dans ma chute je laissai échapper un petit cri. Voilà comment je me mangeai la terre pour la seconde fois de la journée. Puis je relevai mon regard vers celui qui venait de me tirer et mon coeur loupa un battement. Puis un deuxième. Un troisième. Et repartit au bout du quatrième pendant que mon cerveau lui, restait toujours en mode blocage. Ce n'était pas possible d'être aussi beau. Ça n'existait que dans les films ça. Pourtant, il était là, devant moi. Je dois avouer que la suite m'a parue très floue, vue que j'étais comme... "absorbée" par la beauté de mon interlocuteur. Il me parlait de choses dont je ne compris que vaguement le sens de Yume, Yang, Reine et destin, le reste de mon attention étant occupé à fixer ses splendides prunelles améthystes. Et ses cheveux d'un brun ténébreux en parfait accord avec sa peau pâle et la sensualité qui se dégageait de son corps. Vous l'aurez compris, il était incroyablement beau. Tellement que je le soupçonnais déjà de ne pas être un humain à cent pour cent. J'avais raison. La prochaine fois je choisirai de me taire. Bref, à un moment il s'arrêta de parler et me regarda comme si c'était à moi de dire quelque chose. Sauf que je n'avais pas écouté. Que je ne savais pas du tout de quoi il parlait. Et que les seuls mots qui me venaient à l'esprit pour le moment étaient "Je suis parfaitement d'accord". Me demandez pas pourquoi, je crois qu'il m'avait ensorcelé. J'optai donc pour lui dire que j'étais d'accord. Et ce fut à ce moment que j'aurais dû me taire. Peut-être. Dans le fond finalement, je dois avouer qu'il avait raison. Devenir une Lumière m'a sûrement sauvé des Nightmares. Pour le moment.

Même si je ne lui ai toujours pas pardonné de m'avoir... bah draguée. Ça m'apprendra.

Bref, vous l'aurez compris, à peine arrivée dans cet "endroit", j'hésite encore à dire prison même si on me l'a fortement déconseillé, que je me fait engagée dans une guerre. Avec traditionnellement le bien et le mal. Et vu que guerre rime souvent avec tuer, bah vous devinerez facilement que je ne l'aime pas. Logique. J'ai juste tué une seule personne pour l'instant, même si c'était plus de l'auto-défense qu'autre chose. Sinon c'était qui allait y passer. Je peux vous assurer que c'est tout sauf facile. Mentalement je parle. Les premiers jours, on se remet tout le temps en question sur le pourquoi du comment. Pourquoi on l'a tué, comment on en est arrivé là ? Puis après, on finit par s'y habituer. Au manque de sommeil bien sûr, dormir est quasiment impossible quand on n'est pas habitué à tuer. Ce qui est mon cas, cela me donnant plus envie de vomir qu'autre chose. Mais après Il a raison. Dans une guerre, il y a des morts, je dois m'y habituer. Ou c'est moi qui y passerai.

Et qu'est-ce que je fais pour essayer de survivre du coup ? Bah comme tous les gens qui n'ont pas d'argent, je voyage. De village en village. Mais c'est surtout pour essayer de retrouver ma Dreams en fait. J'ai le pressentiment qu'elle est ici. Mais après, il y a sûrement une différence entre le rêve et la réalité. Qui, j'espère, n'existe pas.

J'ai tout dit je crois, même si c'est finalement très peu par rapport à ce que j'ai vraiment vécu. Pourquoi ? Je vous rappelle que vous parler à une amnésique...

Tes pensées les plus secrètes...

J'ai une personnalité complexe, c'est le cas de le dire. Tout ce qui m'est arrivé a contribué à me priver de mon enfance, m'a forcé à grandir plus vite. D'une nature plutôt calme et réfléchie, je m'énerve rarement. Je pèse chacun de mes gestes et ses possibles conséquences avant de les faire, car je n'aime pas avoir l'impression que quelque chose m'échappe. Dreams me dit souvent que j'ai été philosophe dans une autre vie. C'est peut-être vrai, j'aime la philosophie. Car cela nous permet de nous remettre en question, de poser des incertitudes à plat et de réfléchir à ce que l'on est vraiment dans la place de l'univers. J'ai découvert cette matière par hasard sur le net, tandis que je feuilletais des sites sur d'anciens philosophes tels Platon ou Aristote. Et c'est comme cela que j'ai découvert cette citation.

La philosophie tire sa valeur de son incertitude même. Bertrand Russell

C'est fou comme elle me représente bien cette phrase. La philosophie est la seule chose que je connaisse bien en fait. J'aime beaucoup ajouter des citations ou des proverbes dans mes phrases, ça m'aide à me comprendre, à défaut de comprendre ma vie. Du fait du temps que j'ai passé dans les rues ou autre, je ne connais rien des mathématiques, des langues étrangères, de la technologie, de la physique, de la chimie, de l'économie, de la politique, de l'histoire, et même de la géographie. Pour cette dernière, c'est à peine si je sais que je suis en France... Les rares connaissances que je possèdent sont dans la reconnaissance des plantes. Nécessaire à ma survie donc.

L'un des principaux défauts que je me trouve est mon côté sentimental. Je ne suis pas habituée à ce que les gens me complimentent ou autre. Du coup, à chaque fois que cela se produit, j'ai une réaction idiote. Je rougis. Encore plus qu'une pivoine. Et je suis aussi déstabilisée, moins concentrée, et je n'arrive plus à aligner deux pensées cohérentes. C'est pour dire...

L'une de mes principales qualités est de comprendre rapidement ce que l'on attend de moi. Mais après, rien ne dit que je le ferais vraiment. Il y a une différence entre "dire" et "agir" et entre "penser" et parler". J'obéis aux ordres si je les jugent cohérents, je suis à l'écoute des gens et acceptent leurs conseils, je n'ai rien à perdre de toute façon...

Un autre de mes problèmes est que je suis assez renfermée. Timide, je me confie rarement et retiens larmes jusqu'à ce que je soit seule. Je ne montre qu'occasionnellement mes sentiments envers des personnes, ou alors juste par un sourire. J'aime sourire. Il y a un proverbe latin qui dit une chose dessus je crois.

Wer den tag mit einem Lachen beginnt, hat ihn bereits gewonnen. Cicero

Ce n'est pas du latin, mais l'auteur en est un. Je ne sais pas dans quelle langue c'est, d'ailleurs, je ne sais même pas quelle langue je parle, français, maya, estonien ou autre.

Je crois que j'ai à peu près tout dit sur moi, même si c'est bien peu par rapport à ce que je ressens vraiment. Il existe une part de mystère en chacun de nous, la mienne n'appartient qu'à mes tourments les plus intimes...

Mon beau miroir...

Je suis jolie, c'est le cas de le dire, et ce n'est point de la vanité de ma part de l'affirmer. Car sans cela, croyez-vous que les gens auraient eu pitié de moi et m'auraient aidé comme ils le pouvaient ? Bien sûr que non, nous sommes fondés sur une société qui ne juge que sur le physique sans prendre le temps de connaitre plus la personne.
Je suis jolie, disais-je donc. J'ai un visage d'ange, doux et enfantin comme les petites princesses que l'on peut voir sur les vieux tableaux. Je fais plus jeune que mon âge, parait innocente, fragile... C'est peut-être vrai aussi.
J'ai de longs cheveux d'un blond pâle, aux reflets parfois roses à la lumière, qui descendent dans mon dos en pointes éparses, légèrement ondulés. Je sais, des reflets roses ce n'est pas très courant mais bon, ce n’est pas une teinture. Une paire de prunelles d'un bleu profond, en accord avec ma couleur préférée, dont les reflets mouvants me font penser à la mer calme sous le ciel étoilé. D'après Dreams, mes yeux me donnent l'impression d'avoir mille ans, parce qu'ils sont profonds et sages. Je lui avais rétorqué que des yeux ne pouvaient pas être sages.
De corpulence très fine, agrémentée par mes longues années de privation, je suis d'une taille moyenne, voire petite. Mon principal avantage est de n'avoir pas les formes disproportionnées de toutes ces femmes que l'on voit entrer chez des hommes, tard le soir. Pourquoi un avantage ? Parce que j'avais le choix entre mendier ou me prostituer. J'ai choisi de mendier.
Mon visage est de loin ce que je préfère chez moi, après mes yeux. Il est doux, harmonieux, et me fait penser à une poupée de porcelaine quand je me regarde dans les flaques d'essence. Mon nez est petit et fin, je crois que ça s'appelle un petit nez en trompette, ou quelque chose comme ça car il ne ressemble pas du tout à un instrument de musique. J'ai aussi une petite bouche aux lèvres roses, ainsi qu'un front dégagé de tout frange ou mèche. Je ne me maquille jamais, déjà parce que je n'en ai pas les moyens, et aussi parce que je ne voulais pas paraitre superficielle.

Oui, je sais ce que vous vous dites lorsque je dis que je suis loin d'être moche, que c'est grâce à ma ressemblance à un ange que j'ai pu être "sauvée". Vaniteuse, narcissique, exagération. Pourtant tout est vrai. Ce n’est pas grave si vous ne me croyez pas, je m'en fiche de vos critiques.

Pouvoir

Si on m'avait dit un jour qu'en entrant dans le jeu, je développerais moi aussi un pouvoir, je ne l'aurais pas cru. Bon, je l'avoue, c'est aussi lié à ma condition de Lumière. J'ai toujours été extrêmement patiente. Je pense que ça a joué...

Quel est le mien ? Rien de plus que le contrôle du temps. Influencer la courbe du sablier céleste, pouvoir la ralentir à volonté, et même la briser, cette courbe qui délimite les secondes qui passent. Imaginez un instant pouvoir contrôler le cours du temps entre vos mains, pouvoir le ralentir ou l'arrêter à volonté. Ou presque. Je ne puis le ralentir ou l'arrêter indéfiniment, tout ceci ne dépend en fait que de ma forme. J'arrive à le ralentir moyennement sur une demi-heure grand maximum. Mais si je veux l'arrêter, je ne tiens pas plus d'une dizaine de minutes, jamais. Et il y a des interférences. La composition cellulaire de certaines personnes entre en collision avec mes pouvoirs. Se crée alors ce que l'on appelle une "chape d'énergie". Celui qui en est le créateur échappe totalement à mon pouvoir, je ne peux ralentir ou arrêter ses gestes. Ces cas restent rares mais aléatoires. Il peut bien s'agir d'un humain, d'un Ombre, d'un Destiny ou autre. Souvent, ce sont des personnes à la psychologie interne trop complexe à déchiffrer.
Le problème quand j'interfère avec le cours du temps, c'est que la zone concernée est un petit diamètre, environ quelques centaines de mètres. Un peu comme un dôme translucide aux reflets irisés. Une bulle quoi. Pas très discret donc, je sais.

Un autre des problèmes qu'engendre l'utilisation de mon pouvoir est mental. Plus je le tiens longtemps, plus ça me "brûle" intérieurement. Un peu comme un feu qui vous détruirait le cerveau et qui peu vous rendre fous à la longue. Au départ, je ne ressens que des picotements un peu désagréables qui me font juste grimacer. Puis ça se transforme en douleur au niveau du coeur,et enfin en feu dans ma tête. Bref, vous comprendrez facilement que je n'aime pas l'utiliser... Même si Il m'y oblige, je me dérobe la plupart du temps à cet ordre.

Vous ?






Prénom/Pseudo : Elodie
Âge : ... j'ai la flemme d'arrondir au mois près, 16 ans ;p
Niveau Rp : Plutôt bon.
Présence sur le forum : Au moins une fois tous les jours.
Double-compte ? : OUI [ ] - NON [X]
Comment avez-vous connu le forum ? Par ma Dreams :3 ♥
Vos impressions, remarques : Hum, votre contexte m'a fait peur au début, il parait trop complexe et j'ai toujours pas saisi pour les constelationistes quand ils avaient leur clef et tout x3
Code :[Ok By Diana.S]

© Virtuel Sekaï



Dernière édition par Maureen Leroy le Sam 2 Fév - 16:40, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bara Hime
avatar
Bara Hime

Messages : 160
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 27


Carte d'identité
Rang: D (Niveau 10)
Expériences:
50/500  (50/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Mer 30 Jan - 21:34

Bienvenue sur le forum Maureen !^^
J'espère que tu te plairas bien parmi nous.

Désolé pour mon retard. Alors, très belle fiche, mais j'ai des petites choses à redire. Premièrement, tu ne peut pas être humaine et faire partit du Yang. Ou alors tu es humaine transformé en Lumière dans, ce cas, il va falloir nous raconter ce qui t'es arrivé dans le jeu.

Ensuite ton pouvoir, y a des petites choses que je n'ai pas compris, cette phrase notamment :" Mais si je veux l'arrêter, je ne tiens pas plus d'une heure, jamais." Ensuite ralentir le temps six heures grand maximum , c'est beaucoup trop. Et ralentir tout le monde également, une zone délimité ou tout chose, personne se trouvant est ralentit, là je dis oui. c’est un pouvoir très puissant que tu as choisit alors tu comprendras que les restrictions sont importantes surtout si tu viens d'arrivé dans le jeu. Je tiens a rappeler qu'a votre arrivé votre pouvoir n'est pas encore éveillé.

Sinon, ce serait bien que nous parle des conséquences encouru pour toi,un pouvoir pareille cela doit bien te fatiguer.

Voilà pour ce que j'avais à redire et le code est bon, je le valide.

Je te souhaite bon courage pour les modifications et si tu as des problèmes ou des questions n'hésitent pas.
Bonne soirée.
Bis'

PS :OMG. Le contexte fait si peur que ça ? O_O
Pour les constelationnistes, je ne sais pas si tu connais le mangas Fairy tail ? En gros par l’intermédiaire de clé, ils peuvent invoquer l'esprit de la constellation reliée à la clé et l'esprit apparaît pour servir son maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtuelsekai.forumgratuit.org/
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Mer 30 Jan - 21:56

Merci ^^

Oui je suis Lumière, je le rajoute ^^
En gros, la phrase veut dire que je peux stopper le temps, mais pas indéfiniment.
Ok pour les limites, c'est vrai que je trouvais ça un peu gros au début mais je ne savais pas de combien environ.
En fait le problème, si j'ai mis que tout le monde est ralentit, c'est que ça peut poser des problèmes après si il y a deux régions dont une qui "ralentit" dans le temps et pas l'autre.

Pour les conséquences sur mon être, j'ai rajouté un passage, tu me diras s'il convient ^^

PS: Oui xD Dreams m'a forcé à le relire cinq fois au moins u.u
Euh... je n'ai pas lu Fairy Tail, ça m'étonne pas alors x) mais j'ai compris maintenant ^^

EDIT: Modifs terminées Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des rêves
avatar
Maîtresse des rêves

Messages : 38
Date d'inscription : 15/11/2012


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Jeu 31 Jan - 19:44

Elodiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie Very Happy T'es venuuuuuuue :3

Autrement, c'est pas vrai je t'ai pas forcé à le lire cinq fois, moi je voulais t'obliger seulement trois fois les deux autres sont de ton propres chef ! Surprised

Mais en lisant ta fiche je me sens comme une grande soeur même si elles ont le même age :3 (et malgré tout ce que tu en diras :p)

En gros, bienvenuuuuuuue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Jeu 31 Jan - 19:49

Gladyyyyyyyyys Very Happy *ralenti comme dans les films au soleil couchant où les deux gens sont supers bizarres et crient le nom de l'autre*

Comment as-tu deviné que j'étais venue ? o_O T'es voyante ma parole xD
Vi mais même ! Surprised
Soeur de coeur !!! >< ou alors jumelle de coeur, j'ai pas envie que tu te sentes vieille xD

Miiciiiii Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bara Hime
avatar
Bara Hime

Messages : 160
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 27


Carte d'identité
Rang: D (Niveau 10)
Expériences:
50/500  (50/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Jeu 31 Jan - 21:27

Coucou Maureen

Tout est bon, sauf un détail que tu as oublié. Comme je l'ai dis, tu ne peux ralentir que dans une zone délimité, ce serai trop puissant sinon, comme capacité. Après, je suppose que si tu maintient ton pouvoir 2 heures, tu ne dois pas être en très bonne état ? Et sinon, pour "Lumière", tu la met au niveau de la race.=D
Pense à me modifier ça et je te valide.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtuelsekai.forumgratuit.org/
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Jeu 31 Jan - 22:47

Modifié ^^
Pour l'état, j'avais déjà mis que ça lui "brûlait" la tête intérieurement et que ça pouvait même jusqu'à la rendre folle, c'est bon ?
Désolée si je fais vraiment mon inculte souleuse x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bara Hime
avatar
Bara Hime

Messages : 160
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 27


Carte d'identité
Rang: D (Niveau 10)
Expériences:
50/500  (50/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Sam 2 Fév - 12:34

Pas de soucis, ne t'inquiète pas.
Moi aussi, je vais faire ma chieuse après mure réflexion, les temps d'activation de ton pouvoir son encore trop long. Dans le ses ou même si cela fait quelques temps que tu es dans le jeu, pour le niveau attribué, le niveau de ton pouvoir est trop élevé. Donc voilà, je te propose 30 minutes pour le ralentissement du temps et tu peux l'arrêter pendant 10 minutes, bien sûr les effets néfastes seront moins important que sur une longue durée. Plus tu monteras dans les niveaux, plus ils pourront duré longtemps.

Tu me dis si cela te convient ? Si c’est le cas, je te valide.

Autrement, il va falloir allonger ton histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtuelsekai.forumgratuit.org/
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Sam 2 Fév - 16:41

Ok pas de soucis ^^

C'est fait, je ne vois pas trop trop ce que je peux rajouter d'autre ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bara Hime
avatar
Bara Hime

Messages : 160
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 27


Carte d'identité
Rang: D (Niveau 10)
Expériences:
50/500  (50/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Sam 2 Fév - 17:12

Tout est bon pour moi, je te valide ! Se sera le niveau 15, rang D.
Félicitation ! \O/

Pense a activer ta fiche personnage dans ton profil, a créer ta fiche de liens et ton compte en banque. Et surtout je te souhaite de t'amuser le forum.

Au plaisir de pourvoir Rp avec toi, Miss !^^
Bis'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtuelsekai.forumgratuit.org/
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Sam 2 Fév - 19:27

Merci beaucoup Very Happy (au passage, j'adore l'image des lumières *.*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maîtresse des rêves
avatar
Maîtresse des rêves

Messages : 38
Date d'inscription : 15/11/2012


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Sam 2 Fév - 21:01

*cour au ralenti à sa rencontre *
Parce que je sais tout moi :p (non, en faite c'est ta licorne qui a vendu la mèche u_u)
C'est un détail la vieillesse, elle me fait pas peur xD
Et bravo pour ta validation :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La jeune fille au sablier
avatar
La jeune fille au sablier

Messages : 28
Date d'inscription : 28/01/2013
Age : 21


Carte d'identité
Rang: D
Expériences:
0/500  (0/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Sam 2 Fév - 21:36

XDD

Méchante licorne ! Surprised c'est Marie qui lui a sûrement refilé des smarties u.u
xDD M'en fiche, elle te considère comme sa soeur de coeur :3
Mici mon envoli chéri :3 ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bara Hime
avatar
Bara Hime

Messages : 160
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 27


Carte d'identité
Rang: D (Niveau 10)
Expériences:
50/500  (50/500)
Renommée:

MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini] Dim 3 Fév - 14:22

Contente que le rang te plaise.^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://virtuelsekai.forumgratuit.org/
MessageSujet: Re: Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini]

Revenir en haut Aller en bas

Maureen Leroy, le sablier de l'innocence ~ [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Le sablier du temps...
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Virtuel Sekaï :: Il est temps de commencer la partie... :: Game Start :: 
Let's Go
-


Contexte
Chapitres
Les Clans
Les Races
Pouvoirs
La lutte entre les clans
Population
Les Rangs et Expériences
La Renommée
Monnaie de Synchronicity
Les Quêtes

10 pt
40 pt

Annuaire forum RPG


Agrandir le chat .